Webinaire en vedette : Dévoilement de Parasoft C/C++test CT pour l'excellence en matière de tests continus et de conformité | Voir le séminaire

Risque et dette de qualité: ce que vous ne savez pas peut vous nuire

Portrait de William McMullin, architecte de solutions chez Parasoft
Le 20 juin 2023
11 min lire

De nombreuses inconnues dans l'équation de développement sont éliminées en sachant où se situe le risque et comment chaque changement de code affecte la sécurité de votre système. Par conséquent, la dette de qualité et de sécurité peut être surmontée avec l'accent approprié. Apprenez à hiérarchiser et à réduire efficacement les risques associés aux modifications de code.

Lorsqu'il s'agit d'évaluer le risque d'une base de code, il ne s'agit pas d'un simple chiffre magique, mais d'un simple feu de circulation à ne pas faire. Le risque est multidimensionnel et multivariant. Il est mesuré différemment selon les organisations.

Vous savez probablement déjà où se trouvent les parties à haut risque ou mauvaises du code. Ce sont les parties du code qui changent constamment - de petits ajustements ici et là pour résoudre de petits problèmes qui semblent anodins en eux-mêmes mais qui représentent généralement la superposition de fonctionnalités sur une mauvaise conception. C'est pourquoi apporter des modifications au code existant est la principale cause d'introduction de défauts dans une application.

Mais nous savons aussi que le changement est constant. Vous ne mettez jamais tout en œuvre complètement ou correctement la première fois. De plus, à mesure que les développeurs se superposent au code existant, la connaissance de chaque cas d'utilisation et scénario se perd, la complexité augmente et le code devient de plus en plus risqué. Ce sont ces changements qui fournissent la clé pour appliquer le contexte au risque.

Tout aussi important que la visibilité sur le risque lui-même est de comprendre comment le gérer. Comment hiérarchiser les actions correctives pour atteindre un niveau de risque acceptable tout en minimisant l'impact sur la vélocité de l'équipe. Cet article se penche sur cela : comment évaluer le risque de modification du code et comment hiérarchiser et atténuer efficacement le risque.

Découvrir les coûts cachés d'une dette de qualité

La dette de qualité, ou dette technique, dans le développement de logiciels, peut imposer des coûts cachés importants à un projet. Alors que l'impact immédiat de prendre des raccourcis ou de compromettre qualité du code peut sembler minime, les conséquences à long terme peuvent être importantes. Voici quelques-uns des coûts cachés associés à une dette de qualité.

Augmentation des coûts d'assistance et de maintenance

Lorsque vous avez une base de code mal conçue, qui manque de documentation appropriée ou qui enfreint les meilleures pratiques, elle devient difficile à maintenir au fil du temps. Les développeurs consacrent plus d'efforts à comprendre et à naviguer dans la base de code, ce qui entraîne une baisse de la productivité et une augmentation des coûts de maintenance des produits logiciels.

Plus la dette de qualité reste longtemps sans réponse, plus les produits ou services sont sujets à des défauts, des problèmes et des pannes, nécessitant des efforts de support et de maintenance supplémentaires. Cela met non seulement à rude épreuve les ressources des équipes de support client, mais exige également une allocation importante de temps et d'argent pour résoudre les problèmes. Ces coûts permanents érodent la rentabilité et détournent des ressources d'autres initiatives commerciales essentielles.

Frustration et épuisement professionnel des employés

Le besoin répété de résoudre les problèmes causés par la dette technique peut entraîner de la frustration, une réduction de la productivité et l'épuisement professionnel des membres de l'équipe. Imaginez que vous soumettiez une équipe de développeurs à déboguer ou à appliquer des correctifs sur un produit à plusieurs reprises. S'il ne s'agit pas d'une faille de sécurité aujourd'hui, il s'agit de problèmes de disponibilité, et la liste est longue. Avoir des développeurs dans ce type de boucle peut déclencher un exode massif d'une organisation, affectant la stabilité et l'expertise de la main-d'œuvre.

Accumulation de bogues et de défauts

Un code de mauvaise qualité est plus sujet aux bogues et aux défauts. Lorsque des raccourcis sont pris ou que des tests approfondis sont ignorés, des erreurs peuvent passer inaperçues et s'accumuler au fil du temps. Identifier et corriger ces arriérés de dettes techniques devient progressivement difficile, ce qui augmente le temps de débogage.

Le coût de la résolution de ces bogues et défauts à l'avenir peut largement dépasser le temps initial économisé en prenant des raccourcis. De plus, l'accumulation de bogues et de défauts entraîne également des retards dans la livraison des produits et affecte l'agilité de l'équipe. C'est généralement le cas lorsque la base de code a été rendue plus complexe avec des ajustements faciles ici et là.

Baisse de la satisfaction des clients et entrave à l'innovation

Une dette de qualité peut avoir un impact négatif sur l'expérience de l'utilisateur final. Les utilisateurs peuvent rencontrer des bogues plus fréquents, connaître des performances plus lentes ou faire face à des problèmes d'utilisation. Cela peut entraîner l'insatisfaction des clients, des critiques négatives et une perte potentielle d'activité. En plus d'affecter la satisfaction des clients, la dette de qualité accumulée limite la capacité d'adaptation et d'évolution du logiciel.

L'ajout de nouvelles fonctionnalités ou l'intégration à d'autres systèmes devient un défi, ce qui entrave l'innovation et l'évolutivité. Lorsque les entreprises ont des problèmes de dette de qualité, cela peut également décourager les développeurs de suggérer des améliorations ou d'introduire des idées innovantes, car ils sont accablés par les problèmes existants.

Conformité réglementaire et conséquences juridiques

Dans certains secteurs, une dette de qualité peut entraîner le non-respect des normes réglementaires, entraînant des conséquences juridiques et des sanctions financières potentielles. Le non-respect des réglementations en matière de qualité et de sécurité peut nuire à la réputation de la marque et éroder la confiance des clients, ce qui aggrave encore les coûts cachés.

Détermination du risque multivariant

Le risque n'est pas un nombre unique ou un feu de signalisation au niveau du projet. Mais, comme le montre le graphique ci-dessous, Parasoft utilise des couleurs de feux tricolores facilement associées dans l'interface utilisateur en tant que catégorisation de la base de code et des indications sur les problèmes réels et potentiels.

Capture d'écran montrant des modifications de code risquées dans un graphique à secteurs. Le risque faible est vert. Le risque moyen est jaune. Le risque élevé est rouge.
Un exemple de graphique à secteurs du Process Intelligence Engine de Parasoft qui montre la proportion de code à risque élevé, moyen et faible.

La catégorisation du risque est à la fois multidimensionnelle et multivariante, regroupant métriques de qualité à partir de techniques de test de logiciels comme l'analyse statique et la couverture de code. Aucune technique unique ne fournit la valeur d'une dimension spécifique, mais fournit plutôt une valeur pour une formule. Par exemple, la couverture de code n'est pas un bon chiffre à utiliser seul car vous pourriez avoir une couverture de 100 % mais seulement un petit nombre de tests faisant quelque chose de significatif. Au lieu de cela, pensez à ce que vous utilisez la couverture de code pour vous dire, comme demander, dans quelle mesure mon code est-il testé ? Ensuite, augmentez cela avec plus de données pour obtenir une analyse plus significative.

Capture d'écran montrant des changements de code risqués dans un graphique à bulles. Le risque faible est vert. Le risque moyen est jaune. Le risque élevé est rouge.
Un exemple de graphique à bulles de changement de code risqué illustrant où se situent les risques les plus élevés. Les utilisateurs peuvent développer les bulles pour afficher les métriques à l'origine des catégorisations.

Le graphique à bulles ci-dessus illustre la catégorisation des risques selon deux dimensions. Ceci est également illustré dans la capture d'écran ci-dessous.

  • Charge d'entretien. Combine le volume Halstead et la complexité cyclomatique stricte, le nombre de lignes de code et le rapport code/commentaires pour quantifier la facilité de maintenance et la compréhension du code.
  • Déficit d'essai. Utilise le nombre de tests, le nombre de méthodes et la couverture du code pour quantifier la qualité des tests du code.

Le code qui a été mal testé a un déficit de test plus élevé et est classé comme à haut risque (rouge). Un code bien testé et bien construit a une charge de maintenance moindre et est classé comme à faible risque (vert).

Bases de code volatiles, où chaque changement est un risque

Pendant la chaleur du développement, votre base de code est dans un état constant de flux et chaque ligne de changement de code présente un risque inconnu. Va-t-il casser une caractéristique fondamentale ? Introduit-il une faille de sécurité ? Moins il y a d'informations, plus le risque est grand. La couverture de code doit être utilisée intelligemment pour prédire où concentrer les ressources de test. Cependant, même avec une couverture et des tests accrus, il existe toujours un risque supplémentaire qui s'accumule avec le temps.

Le changement dans la base de code nous donne la troisième dimension de risque, et la plus importante : le temps. Pas le temps au sens traditionnel, mais le temps en ce qui concerne les constructions et les changements entre elles. Se concentrer sur les parties de la base de code qui ont changé entre les versions permet de se concentrer sur le traitement du code qui est à la fois le plus risqué et le plus pertinent lorsque l'équipe travaille dans cette partie de la base de code.

Le fardeau de la dette de qualité vous ralentit-il ?

Le code réutilisé et hérité a son propre fardeau, en particulier pour la sécurité. Chaque ligne de code soumise ou modifiée ajoute à cette dette s'il n'y a pas de vérifications adéquates pour maintenir ou améliorer la qualité de base. Sortir de cette dette, comme toute dette, nécessite une concentration et un engagement à la réduire. Aussi, comme pour toute dette, comment savoir où faire des coupes pour épargner à moins de savoir où l'argent est dépensé ?

Une fois que vous avez identifié le code présentant le risque le plus élevé et la priorité la plus élevée, considérez la quantité de travail nécessaire pour atténuer le risque. C'est la quatrième et dernière dimension : la dette de qualité. Dans le graphique à bulles ci-dessus, la dette de qualité est représentée par la taille de la bulle : plus la bulle est grosse, plus les problèmes connus qui doivent être résolus sont nombreux. Dans notre exemple, la dette de qualité est une combinaison de violations d'analyse statique de haute gravité (y compris des violations de seuils définis pour les métriques de code) et d'échecs de test normalisés par le nombre de lignes logiques de code.

Capture d'écran de la couverture de code montrant une liste de fichiers avec des modifications de code à risque.
Cette agrégation de tâches de qualité exceptionnelles offre des indications sur la quantité relative de travail nécessaire pour réduire le risque du code.

Mais ce n'est pas comme ça que je mesure les risques !

Toutes les organisations ne suivront pas les mêmes pratiques de qualité ou ne s'entendront pas sur les facteurs à prendre en compte lors du calcul des dimensions. Vous devez être en mesure de configurer et de créer votre propre définition du risque.

L'exemple de ce blog est disponible pour les utilisateurs sur le Marché Parasoft, vous permettant de l'utiliser immédiatement, en l'étendant et en le modifiant pour répondre à vos besoins spécifiques. En commençant par l'exemple, vous pouvez personnaliser l'analyse statique, les seuils de métriques et les catégorisations de risques en fonction de votre organisation.

Stratégies pour lutter contre la dette de qualité

Il est important que les équipes de développement gèrent et réduisent la dette de qualité au fil du temps pour maintenir la qualité des logiciels, garantir des processus de développement efficaces et minimiser les coûts à long terme. Pour lutter efficacement contre la dette de qualité, il est crucial d'adopter des stratégies qui traitent de sa prévention, de sa réduction et de son amélioration continue. Vous trouverez ci-dessous une ventilation de certaines stratégies que les organisations peuvent adopter pour lutter contre la dette de qualité.

Prévenir la dette de qualité

La prévention de la dette de qualité est une approche proactive qui vise avant tout à éviter l'accumulation de dette technique. En adoptant les pratiques suivantes, les équipes de développement de logiciels peuvent réduire la probabilité de contracter une dette de qualité importante.

  1. Analyse robuste des besoins. Investissez du temps et des efforts dès le départ pour bien comprendre les exigences, les contraintes et les attentes des parties prenantes du projet. Définir clairement la portée, les fonctionnalités et les objectifs de performance permet de jeter des bases solides pour le développement.
  2. Pratiques de développement agiles. Les méthodologies agiles favorisent le développement itératif et mettent l'accent sur les boucles de rétroaction continues. Cette approche permet une identification et une résolution précoces des problèmes de qualité, les empêchant de dégénérer en dette technique importante.
  3. Revues de code et programmation en binôme. Encouragez une culture de revue de code et de programmation en binôme au sein des équipes de développement. La révision régulière du code et la collaboration sur les tâches de développement améliorent la qualité du code, réduisent la probabilité d'introduire une dette technique et favorisent le partage des connaissances.
  4. Normes de codage cohérentes. Établir et appliquer des normes de codage pour assurer l'uniformité et la maintenabilité de la base de code. Cela inclut des directives pour les conventions de dénomination, le formatage du code et les pratiques de documentation. Analyse de code automatisée les outils fournis par Parasoft peuvent aider à faire respecter ces normes.

Donner la priorité à la réduction de la dette de qualité

Le traitement de la dette technique nécessite une approche proactive et systématique. Bien qu'il puisse être tentant de donner la priorité au développement de nouvelles fonctionnalités plutôt qu'à la réduction de la dette, négliger la dette technique peut avoir de graves conséquences. Voici quelques stratégies pour hiérarchiser et réduire efficacement la dette technique.

  1. Identifier et évaluer. La première étape pour hiérarchiser la qualité de la réduction de la dette consiste à identifier et à évaluer les domaines de préoccupation au sein de votre projet logiciel. Effectuez des revues de code régulières, analysez les rapports de bogues et recueillez les commentaires des développeurs et des utilisateurs. Chercher le code sent, les points chauds de complexité et les zones où le système est sujet aux pannes ou aux goulots d'étranglement des performances. Évaluer l'impact et les risques potentiels associés à chaque élément de la dette technique. En comprenant le paysage de la dette, l'équipe peut prendre des décisions éclairées sur les domaines sur lesquels concentrer ses efforts.
  2. Priorisez. Toutes les dettes techniques n'auront pas le même impact sur le résultat global ou les performances de votre projet logiciel. Il est essentiel de hiérarchiser la dette en fonction de son impact potentiel, de sa gravité et de son urgence. Commencez par examiner les domaines qui ont un impact significatif sur la qualité du code, la stabilité du système et l'expérience utilisateur. Par exemple, s'il existe des bogues critiques affectant les fonctionnalités de base, il est crucial de les résoudre en premier. En outre, il est également essentiel de dialoguer avec les principales parties prenantes pour aligner les priorités sur les objectifs commerciaux. Leur contribution peut aider à déterminer quels éléments de la dette ont l'impact le plus significatif sur les clients, les revenus ou le succès global du projet.
  3. Testez et automatisez. Investir dans des tests automatisés est crucial pour une réduction efficace de la dette. La mise en œuvre d'une suite de tests robuste aide à détecter les régressions et garantit la qualité du code au fil du temps. L'intégration de tests unitaires automatisés, de tests d'intégration et de tests d'acceptation dans votre processus de développement contribue à la réduction de la dette technique.

Envisagez de mettre en œuvre un pipeline d'intégration et de livraison continues (CI/CD) qui automatise les contrôles de qualité du code, les tests et les processus de déploiement. Cela garantit que chaque modification apportée à la base de code est testée de manière approfondie avant d'être déployée, évitant ainsi l'accumulation de nouvelles dettes. Les solutions de tests automatisés rationalisent considérablement le processus de développement et de déploiement, vous permettant de vous concentrer davantage sur la réduction de la dette et moins sur les tests manuels et les tâches sujettes aux erreurs.

  1. Planifiez des améliorations progressives. La réduction de la dette technique doit être abordée progressivement. Essayer de s'attaquer à toutes les dettes en même temps peut être écrasant et contre-productif. Au lieu de cela, décomposez les éléments de dette plus importants en tâches gérables et planifiez-les progressivement. Créez une feuille de route qui décrit les tâches spécifiques de réduction de la dette à traiter dans chaque cycle de développement ou sprint. Équilibrez la réduction de la dette avec le développement de nouvelles fonctionnalités, en allouant du temps et des ressources en conséquence. En prenant de petites mesures gérables, vous pouvez réduire progressivement la dette tout en offrant de la valeur aux utilisateurs.

Refactoriser le code en continu

La refactorisation de code est une technique disciplinée qui améliore la structure interne et la conception de la base de code sans modifier son comportement externe. La refactorisation continue du code est une pratique essentielle pour s'attaquer à la dette de qualité, car elle permet de maintenir la qualité du code, de réduire la complexité et d'améliorer la maintenabilité. Voici quelques considérations clés pour une refactorisation de code efficace.

  1. Refactor comme une pratique régulière. Intégrez la refactorisation du code comme partie intégrante du cycle de développement. Encouragez les développeurs à refactoriser le code pendant les étapes de développement des fonctionnalités, de correction des bogues et de révision du code pour résoudre progressivement la dette technique.
  2. Refactorisation pilotée par les tests. Adoptez une approche de développement piloté par les tests (TDD) dans laquelle les tests automatisés sont écrits avant la refactorisation. Cela garantit que les modifications apportées lors de la refactorisation n'introduisent pas de nouveaux bogues ou régressions. Les tests existants servent de filet de sécurité, garantissant que le code se comporte comme prévu après la refactorisation.
  3. Outils de refactorisation et support IDE. Utilisez des outils de refactoring et des environnements de développement intégrés (IDE) qui offrent des capacités de refactoring automatisées. Ces outils peuvent simplifier et accélérer le processus de refactoring, réduisant ainsi l'effort requis pour une réduction de la dette de qualité.
  4. Surveiller et mesurer les efforts de refactoring. Gardez une trace des activités de refactoring que vous entreprenez et de leur impact sur la qualité et la maintenabilité du code. Des mesures telles que la complexité du code, la couverture du code et les taux de bogues peuvent aider à évaluer l'efficacité des efforts de refactorisation.

Optimiser les procédures de test et la documentation

Des procédures de test et une documentation efficaces jouent un rôle crucial dans la réduction de la dette de qualité et la garantie de la fiabilité des logiciels. Votre organisation peut s'attaquer à une dette de qualité en optimisant les procédures de test et la documentation grâce aux stratégies suivantes.

  1. Définir et standardiser les processus de test. Établissez des procédures de test claires et bien définies qui couvrent différents types de tests, y compris les tests fonctionnels, d'intégration, de performance et de sécurité. Standardisez ces processus entre les équipes et les projets pour assurer la cohérence et réduire le risque de négliger les activités de test critiques.
  2. Prioriser la couverture des tests. Analysez l'application ou le produit testé pour identifier les zones critiques nécessitant des tests approfondis. Priorisez la couverture des tests dans ces zones à haut risque afin de minimiser les risques que des défauts passent inaperçus. Utilisez des techniques telles que les tests basés sur les risques pour allouer efficacement les ressources de test et concentrer les efforts là où ils sont le plus nécessaires.
  3. Documenter les procédures de test. Créez une documentation complète et à jour qui décrit les processus de test, les cas de test et les exigences en matière de données de test. Rendez la documentation facilement accessible à toute l'équipe pour garantir des pratiques de test cohérentes. Cette documentation doit également inclure des directives pour la rédaction de cas de test efficaces et des étapes pour reproduire les problèmes signalés.
  4. Favoriser la collaboration entre les équipes de développement et de test. Encourager une collaboration étroite entre les équipes de développement et de test pour favoriser une compréhension commune des buts et objectifs de qualité. Établissez des canaux de communication efficaces et encouragez la rétroaction régulière et le partage des connaissances. La collaboration aide à combler le fossé entre le développement et les tests, ce qui permet une meilleure couverture des tests, une résolution plus rapide des bogues et une réduction de la dette de qualité.

Avantages d'une dette de qualité

Aborder la dette de qualité est crucial pour le succès à long terme des projets logiciels. Voici quelques raisons clés pour lesquelles vous devriez commencer à traiter la dette de qualité dans votre entreprise.

Satisfaction et fidélisation des clients

Lorsque les entreprises s'attaquent à une dette de qualité, elles peuvent améliorer considérablement la satisfaction de leurs clients. En investissant dans la qualité des logiciels, ils peuvent proposer un produit plus performant, comportant moins de bogues et offrant une expérience utilisateur plus fluide. Les utilisateurs apprécieront la fiabilité et la stabilité accrues du logiciel, ce qui se traduit par des niveaux de satisfaction plus élevés et des critiques publiques positives. Les clients satisfaits sont plus susceptibles de continuer à utiliser le logiciel, de renouveler les licences ou les abonnements et de devenir des défenseurs en le recommandant à d'autres.

Avantage concurrentiel

Dans un marché concurrentiel, le traitement de la dette de qualité donne aux sociétés de développement de logiciels un net avantage sur leurs concurrents. En misant sur la qualité des logiciels, les entreprises peuvent proposer un produit qui se démarque de la concurrence. Un logiciel avec moins de problèmes et de meilleures performances peut attirer de nouveaux clients qui apprécient la fiabilité et l'efficacité. Cela peut également aider à fidéliser les clients existants qui envisagent peut-être des alternatives. En mettant l'accent sur la qualité, les entreprises peuvent se différencier sur le marché et positionner leur logiciel comme un choix préféré.

Coûts de maintenance réduits

L'un des inconvénients majeurs d'une dette de qualité est son impact sur les coûts de maintenance. Les logiciels de mauvaise qualité nécessitent souvent des corrections de bogues, des correctifs et des mises à jour fréquents, ce qui peut prendre du temps et être coûteux. En traitant la dette de qualité de manière proactive, les entreprises peuvent minimiser le besoin de maintenance continue, ce qui produit une base de code de meilleure qualité, réduit l'apparition de bogues et améliore la stabilité globale du logiciel. Ceci, à son tour, réduit les efforts et les coûts de maintenance, permettant aux entreprises d'allouer leurs ressources plus efficacement au développement de nouvelles fonctionnalités, à l'innovation et à d'autres priorités commerciales.

Processus de développement efficace

L'accumulation d'une dette de qualité peut entraver le processus de développement de plusieurs manières. Cela peut entraîner des retards, augmenter le temps consacré au débogage et créer des complexités techniques qui ralentissent la progression. En traitant une dette de qualité, les entreprises peuvent rationaliser leur processus de développement. Les développeurs peuvent travailler avec un code plus propre, plus facile à comprendre et à gérer. Cela se traduit par une productivité accrue car ils passent moins de temps sur le dépannage et plus de temps sur la création de nouvelles fonctionnalités. Le processus rationalisé aide les équipes à respecter les délais, à livrer les logiciels à temps et à itérer plus rapidement en fonction des commentaires des utilisateurs.

Évolutivité à long terme

Négliger la dette de qualité peut entraver l'évolutivité d'un produit logiciel. Au fur et à mesure que le logiciel évolue et que de nouvelles fonctionnalités sont ajoutées, le code sous-jacent de mauvaise qualité peut devenir un obstacle important à la croissance. En traitant une dette de qualité, les entreprises s'assurent que leurs logiciels disposent d'une base solide pour une évolutivité à long terme. Ils peuvent refactoriser et optimiser la base de code, la rendant plus flexible et adaptable aux besoins changeants de l'entreprise et aux avancées technologiques. Cela facilite la maintenance, l'extension et l'intégration de nouvelles fonctionnalités, permettant au logiciel d'évoluer efficacement à mesure que l'entreprise se développe ou que les besoins des utilisateurs évoluent.

Conclusion

Équilibrer les budgets, les calendriers et les objectifs de qualité avec des mesures de sécurité adéquates tout en satisfaisant les clients est une tâche difficile avec des risques à chaque tournant. Cependant, l'automatisation des pratiques de qualité et l'intelligence des processus aident à déterminer où dépenser au mieux les ressources. Comprendre où se situe le risque et comment chaque changement de code affecte votre qualité et votre sécurité de base, réduit de nombreuses inconnues dans l'équation de développement. Les équipes de développement peuvent battre la dette de qualité et de sécurité avec la bonne concentration.

La valeur commerciale des logiciels sécurisés