Webinaire en vedette : MISRA C++ 2023 : tout ce que vous devez savoir | Voir le séminaire

Renforcer la résilience dans le développement de logiciels : retour aux sources

Logo cube Parasoft 300x300
18 décembre 2023
11 min lire

Découvrez les bases du renforcement de la résilience dans les logiciels. Poursuivez votre lecture pour découvrir des principes tels que le minimalisme logiciel pour la stabilité, la fiabilité et la cybersécurité.

Les systèmes logiciels sont susceptibles de connaître des bugs imprévus, des surcharges, des vulnérabilités, etc., qui pourraient entraîner une panne. Dans un rapport de 2022, ThousandEyes, la société d’intelligence réseau de Cisco, a révélé comment certains des plus grands noms de l’industrie technologique ont connu différentes durées d’indisponibilité de leur système. Certaines de ces sociétés incluent British Airways, AWS, Google et Twitter, désormais X. Dans le cas de Twitter, The Guardian rapporté qu'il y a eu plus de 10,000 XNUMX plaintes dans l'heure qui a suivi la panne. Ces incidents rappellent brutalement la vulnérabilité inhérente aux systèmes numériques et soulignent la nécessité pour les développeurs de donner la priorité à la création de systèmes logiciels résilients.

Qu’est-ce que la résilience logicielle ?

La résilience logicielle, à la base, fait référence à la capacité d'un système logiciel à résister et à se remettre des pannes, des perturbations ou des événements inattendus. Il englobe une gamme de caractéristiques qui permettent au logiciel de conserver sa fonctionnalité et son intégrité même dans des conditions difficiles. C'est pourquoi nous préconisons que les développeurs adoptent une approche proactive du développement de logiciels où la résilience est intégrée à la structure de leurs produits.

Dans cet article, nous discuterons de l'importance de la résilience dans le développement de logiciels, des défis inhérents au développement de logiciels résilients dans la sphère moderne du développement de logiciels et des étapes de création de produits logiciels résilients.

L'importance de la résilience dans le développement de logiciels

Face à la complexité croissante des systèmes logiciels modernes et aux défis potentiels en matière de cybersécurité, la nécessité d’intégrer la résilience dans le développement de logiciels est devenue plus cruciale que jamais. Les utilisateurs et les entreprises dépendent fortement des applications logicielles à diverses fins, et toute interruption peut entraîner des conséquences importantes. Un logiciel résilient améliore l'expérience utilisateur en minimisant les interruptions de service et contribue également à la fiabilité globale du produit logiciel.

Comment les équipes de développement peuvent-elles renforcer la résilience des logiciels ?

Avec la croissance des systèmes logiciels, le besoin de résilience devient primordial pour garantir que les applications peuvent gérer des conditions diverses et exigeantes. Adopter la résilience dans le développement de logiciels n'est pas seulement une bonne pratique mais un impératif stratégique pour répondre aux attentes changeantes des utilisateurs et maintenir les normes de conformité et un avantage concurrentiel dans un paysage technologique en évolution rapide.

Principes de conception de résilience

Les principes de conception de résilience logicielle sont des lignes directrices fondamentales qui éclairent le développement de systèmes et d'applications afin d'améliorer leur capacité à résister, à s'adapter et à se remettre des cybermenaces. Ces principes sont cruciaux dans le contexte du développement de logiciels modernes où les défis de cybersécurité sont prédominants.

Le principe est cohérent avec ce que Brian Knapp, ingénieur logiciel, appelle «minimalisme logiciel", qui, selon lui, est la compétence la plus difficile à enseigner en génie logiciel. Le minimalisme logiciel met l'accent sur l'utilisation du moins de code et de logiciels pour créer des systèmes et des applications afin de réduire la complexité et d'éviter d'accumuler une dette technique. En effet, plus de code signifie plus de complexité, et plus de complexité signifie plus de problèmes, comme dans le cas des cyberattaques.

Le minimalisme logiciel encourage également les pratiques les moins fonctionnelles, comme la restriction des ports, des protocoles et des services. Il encourage également les ingénieurs logiciels à réduire le nombre d'interfaces disponibles pour les utilisateurs non autorisés, à déprécier les fonctions dangereuses/non sécurisées, à réduire la complexité et à minimiser le partage.

Réduire les surfaces d'attaque

Réduire la surface d’attaque est une stratégie cruciale pour améliorer la résilience des systèmes logiciels. Cela implique de restreindre l’exposition du code et les autorisations d’accès, limitant ainsi les voies disponibles pour une exploitation potentielle. C’est ce qu’on appelle la stratégie zéro confiance. La stratégie fonctionne sur le principe du moindre privilège, où les utilisateurs et les composants du système reçoivent uniquement l'accès dont ils ont besoin pour remplir leur fonction.

Une fois cela en place, les développeurs réduisent de manière proactive la vulnérabilité, atténuant l'impact des failles de sécurité et empêchant les mouvements latéraux au sein du système. En outre, l’application de correctifs et la mise à jour des systèmes logiciels au moment opportun renforcent encore la résilience. Un système logiciel avec une surface d’attaque réduite limite non seulement les incidents potentiels, mais permet également une réponse plus ciblée et plus efficace, contribuant ainsi à la robustesse et à la résilience globales.

Le rôle des logiciels résilients dans la cybersécurité

Un logiciel résilient protège les systèmes numériques contre les menaces potentielles et garantit leur capacité à résister aux attaques et à s'en remettre. Les vecteurs de cyberattaques étant en constante évolution, les mesures de sécurité traditionnelles sont souvent insuffisantes, ce qui fait de la résilience un élément clé d’une stratégie globale de cybersécurité. Les logiciels résilients sont conçus pour détecter, s'adapter et répondre à diverses formes de cyberattaques afin de minimiser l'impact des incidents de sécurité et permettre aux systèmes de continuer à fonctionner même face à l'adversité.

L’un des principaux éléments d’un logiciel résilient est sa capacité à anticiper et à traiter de manière proactive les vulnérabilités. Grâce à une surveillance continue et à l’intégration des renseignements sur les menaces, des logiciels résilients peuvent identifier les faiblesses potentielles des défenses d’un système, permettant ainsi l’application de correctifs et de mises à jour en temps opportun. De plus, les solutions logicielles résilientes intègrent souvent des mécanismes avancés de chiffrement et d’authentification, ce qui rend plus difficile la compromission d’informations sensibles par des acteurs malveillants. En cas d'attaque réussie, un système logiciel résilient garantit une récupération rapide en mettant en œuvre des processus de sauvegarde et de restauration robustes, en réduisant les temps d'arrêt et en limitant les dommages potentiels causés par un incident de sécurité.

Le rôle des ingénieurs logiciels dans l'ingénierie de la résilience

Dans le développement de logiciels modernes, le rôle de l’ingénieur logiciel pour assurer la résilience des systèmes est devenu de plus en plus crucial. L'ingénierie de résilience se concentre sur la création de logiciels capables de résister et de se remettre des pannes, des perturbations et des défis imprévus.

Traditionnellement, les ingénieurs logiciels se concentraient davantage sur la fonctionnalité et l’efficacité de leur code. Ils étaient chargés de créer des applications répondant aux exigences des utilisateurs et fonctionnant sans problème. Cependant, l’essor des systèmes distribués, du cloud computing, des cyberattaques et la prolifération des Apis a fondamentalement changé la nature du développement logiciel.

Encore une fois, les systèmes logiciels modernes sont souvent composés d’une vaste gamme de composants interconnectés répartis sur plusieurs emplacements géographiques et gérés par différentes équipes. Cette architecture distribuée présente un nouvel ensemble de défis, car des pannes dans une partie peuvent se répercuter sur l'ensemble du système, provoquant des pannes, des données et des pertes financières généralisées.

Par conséquent, les ingénieurs logiciels assument désormais une responsabilité multiforme qui va au-delà de garantir la fonctionnalité et l’efficacité de leur code. Ils sont au cœur de la recherche des points de défaillance potentiels, de la mise en œuvre de mécanismes robustes de gestion des erreurs et de la conception de systèmes capables de s’adapter aux conditions changeantes. Ils sont chargés non seulement de développer un code fonctionnel et efficace, mais également d’anticiper et d’atténuer les risques potentiels qui pourraient compromettre la fiabilité et la disponibilité des systèmes logiciels.

Comment les équipes de développement peuvent améliorer la résilience

Améliorer la résilience dans le développement de logiciels est crucial pour construire des systèmes robustes et fiables capable de résister aux perturbations et de se remettre rapidement des échecs. Les équipes de développement peuvent adopter diverses stratégies pour améliorer la résilience.

  • Mettre en œuvre des pratiques d’intégration et de livraison continues (CI/CD). Les pipelines CI/CD automatisent le processus de création, de test et de déploiement, garantissant des mises à jour fréquentes du code et une détection précoce des défauts.
  • Mettez en œuvre une solide pratique d’analyse statique. Basez votre méthode d'analyse statique sur une norme d'ingénierie telle que CERT pour améliorer la sécurité, la sûreté et la résilience.
  • Utilisez une surveillance et des alertes automatisées. Surveillance continue des systèmes pour détecter les anomalies et les pannes, permettant une détection et une réponse rapides.
  • Concevoir des architectures résilientes. Construisez des systèmes avec modularité, tolérance aux pannes et redondance pour minimiser les pannes en cascade.
  • Utilisez des mécanismes d’auto-guérison. Automatisation des processus de récupération pour gérer les pannes sans intervention manuelle.
  • Implémentez une gestion et une journalisation robustes des erreurs. Capturer et analyser les erreurs pour identifier les modèles et les causes profondes, permettant ainsi une atténuation proactive.
  • Promouvoir le partage des connaissances et la collaboration. Favoriser une culture de partage des connaissances et de collaboration entre les membres de l’équipe pour améliorer la prise de décision et l’atténuation des risques.

Automatisation pour créer des logiciels résilients

Nous ne pouvons pas parler d’intégration de la résilience dans la structure des systèmes logiciels sans souligner la place de l’automatisation dans tout cela. À mesure que la complexité des logiciels augmente et que la demande d’applications robustes augmente, l’automatisation devient un facteur clé pour atteindre la résilience à grande échelle. Les ingénieurs logiciels exploitent les outils et cadres d'automatisation pour mettre en œuvre des pratiques d'intégration continue, de livraison continue (CI/CD) et de tests automatisés. Ces processus automatisés aident à identifier et à corriger les vulnérabilités, les bogues et les problèmes de performances dès le début du cycle de développement, contribuant ainsi à la résilience globale du logiciel.

Voici plusieurs domaines clés dans lesquels l’automatisation contribue à assurer la résilience des systèmes logiciels :

  • Intégration continue et déploiement continu (CI/CD). L'automatisation dans les pipelines CI/CD facilite l'intégration fréquente et cohérente des modifications de code dans un référentiel partagé. Les processus automatisés de création et de déploiement aident à identifier et à corriger les problèmes dès le début du cycle de développement, garantissant ainsi que seul un code fiable et sécurisé est déployé.
  • Tests automatisés. Mise en œuvre de tests automatisés, y compris tests unitaires, les tests d'intégration et les tests de sécurité sont primordiaux pour identifier les vulnérabilités et garantir l'exactitude de la base de code. Les outils de test automatisés de Parasoft peuvent évaluer rapidement et systématiquement les modifications de code, fournissant un retour rapide aux développeurs et aidant à la détection précoce des failles de sécurité potentielles.
  • Analyse de code statique. Outils automatisés pour l'analyse de code statique analyse automatiquement le code source pour détecter les problèmes de sécurité courants et les erreurs de codage. Grâce à cela, les développeurs identifient et corrigent les vulnérabilités avant même que le code ne soit exécuté, favorisant ainsi des pratiques de codage sécurisées et réduisant le risque de failles de sécurité.
  • Tests de charge et de performances. Automatisation tests de charge et de performance Les outils ciblent un ensemble de types d'échecs qui se produisent lorsque l'application est soumise à une charge de requêtes simultanées. Les tests unitaires, d'intégration, de sécurité, de performances et de distribution portent chacun sur une catégorie de défaillance spécifique que les applications peuvent rencontrer en production.
  • Analyse des vulnérabilités et gestion des correctifs. L'automatisation peut être utilisée pour analyser régulièrement les dépendances logicielles et les composants à la recherche de vulnérabilités connues. Les systèmes automatisés de gestion des correctifs peuvent alors appliquer les mises à jour rapidement, réduisant ainsi la fenêtre d'opportunité pour les attaquants potentiels d'exploiter les faiblesses.
  • Conformité de sécurité et gestion de la configuration. Les processus automatisés peuvent appliquer les politiques de sécurité et les normes de codage de manière cohérente dans les environnements de développement, de test et de production. Cela garantit que les systèmes sont configurés en toute sécurité et respecter les normes de conformité.
  • Réponse et suivi des incidents. Les outils automatisés d'analyse des journaux, de détection des anomalies et de réponse aux incidents jouent un rôle essentiel dans l'identification et la réponse rapide aux incidents de sécurité. Les alertes et réponses automatisées peuvent contribuer à atténuer l’impact des violations potentielles, en fournissant une réponse plus rapide et plus efficace qu’une intervention manuelle seule.
  • Infrastructure en tant que code (IaC). L'automatisation du provisionnement et de la configuration de l'infrastructure via IaC permet de créer des environnements cohérents et reproductibles. Cela améliore non seulement l'efficacité, mais réduit également la probabilité de problèmes de sécurité liés à la configuration.

Défis du développement de logiciels modernes

Le développement de logiciels modernes se heurte à de nombreux défis liés aux progrès technologiques rapides, à la complexité croissante des systèmes, aux cyberattaques en constante évolution et aux attentes croissantes des utilisateurs. Ces facteurs exigent une innovation continue, une gestion efficace et une concentration sur la résilience pour fournir des logiciels de haute qualité répondant aux exigences de l’ère numérique.
Certains défis courants dans le développement de logiciels modernes incluent :

  • Des avancées technologiques rapides. L'évolution continue des technologies, des frameworks et des langages de programmation pose des défis aux équipes pour rester à jour et mettre en œuvre les solutions les plus appropriées pour leurs projets.
  • Complexité accrue du système. Les systèmes logiciels modernes sont souvent très complexes, intégrant plusieurs composants, services et sources de données, ce qui les rend plus sujets aux erreurs et plus difficiles à maintenir.
  • Evolution des attentes des utilisateurs. Les attentes des utilisateurs en matière de performances logicielles, de fonctionnalités et d’expérience utilisateur sont en constante augmentation, obligeant les équipes à proposer des solutions innovantes et centrées sur l’utilisateur.
  • Demande de cycles de livraison plus rapides. La pression exercée pour livrer des logiciels rapidement et souvent peut conduire à des raccourcis et à des processus de développement précipités, augmentant ainsi le risque de défauts et compromettant la qualité.

L'impact de l'erreur humaine

Tant que des humains seront impliqués dans le développement de logiciels, il y aura toujours des cas d’erreurs humaines. Les développeurs, les testeurs, les équipes de sécurité et même le personnel opérationnel peuvent commettre des erreurs en raison de divers facteurs, tels que la fatigue, le manque de connaissances techniques, une mauvaise communication, etc.
Voici quelques exemples d’impacts de l’erreur humaine sur le développement de logiciels :

  • Erreurs de codage. Une manifestation importante de l’erreur humaine est évidente dans les erreurs de codage. Les développeurs, en raison de facteurs tels que la fatigue ou des connaissances insuffisantes, peuvent introduire par inadvertance des erreurs dans une base de code. Ces erreurs peuvent entraîner un large éventail de problèmes, allant d'un comportement inattendu et de pannes du système à la corruption des données et aux vulnérabilités de sécurité. La complexité des systèmes logiciels modernes amplifie l’impact des erreurs de codage, car de petites erreurs peuvent avoir un effet en chaîne sur des systèmes plus importants.
  • Oublis des tests. Lorsque les processus de test ne sont pas approfondis ou lorsque les testeurs négligent certains scénarios, des défauts peuvent passer inaperçus. Cela peut permettre à des problèmes de se glisser dans l'environnement de production, provoquant des problèmes pour les utilisateurs finaux.
  • Mauvaises configurations. Les erreurs de configuration dans les paramètres système sont une autre voie par laquelle l’erreur humaine peut compromettre la qualité des logiciels. Qu’il s’agisse de sélectionner des paramètres incorrects ou d’ignorer des configurations clés, ces erreurs peuvent entraîner des problèmes de performances, des incohérences de comportement et même des failles de sécurité.
  • Mauvaise communication et mauvaise collaboration. L’impact de l’erreur humaine s’étend au-delà des aspects techniques pour inclure une mauvaise communication et une mauvaise collaboration entre les membres de l’équipe. Une communication claire est essentielle pour un processus de développement cohérent et efficace. Lorsque les membres de l’équipe ne communiquent pas efficacement, des malentendus peuvent survenir, les décisions peuvent être retardées et la collaboration globale devient moins productive.

La première ligne de défense contre les cyberattaques

L'ingénierie logicielle et le développement de logiciels jouent un rôle clé dans la cyber-résilience. En fait, ils constituent la première ligne de défense contre les cyberattaques. Les systèmes logiciels et les applications doivent être conçus et développés pour anticiper, résister, récupérer et s'adapter à toute adversité survenant dans le cyberdomaine. Cela nécessite l’adoption de pratiques de conception et de développement telles que le minimalisme logiciel pour réduire les surfaces d’attaque.

Ce n'est pas que nous devons creuser plus profondément en nous-mêmes pour créer des solutions. Au lieu de cela, nous devons revenir à l'essentiel. Cela signifie codifier des pratiques saines comme le minimalisme logiciel dans le développement de logiciels modernes pour rendre les systèmes logiciels et les applications plus résilients, plus capables de résister et de se remettre rapidement de toute adversité qui leur est lancée.

Normes de codage sécurisé

Poussant pour normes de codage sécurisé est primordial dans la création de systèmes logiciels résilients. Un ensemble amélioré de normes de codage sécurisé implique le respect des meilleures pratiques établies et un affinement continu pour s’aligner sur l’évolution des paysages de menaces. Les mises à jour régulières des normes de codage, intégrant les informations issues des incidents de sécurité et des évolutions du secteur, contribuent à une défense proactive contre les cybermenaces émergentes. Donner la priorité aux principes de codage sécurisé garantit que les organisations inculquent un état d'esprit axé sur la sécurité parmi les développeurs, réduisent la surface d'attaque potentielle et renforcent la résilience globale des applications logicielles.

L’importance du minimalisme logiciel

La nécessité d’adopter la philosophie du minimalisme logiciel ne peut jamais être surestimée. Ce paradigme met l'accent sur le concept « moins c'est plus » et prône la simplicité et l'efficacité dans la conception et la mise en œuvre de logiciels. En minimisant la complexité du code et en réduisant les fonctionnalités inutiles, la surface d'attaque est intrinsèquement réduite, limitant les points d'entrée potentiels pour les exploits malveillants.

Le minimalisme logiciel améliore non seulement la sécurité, mais contribue également à améliorer la maintenabilité et l'agilité des processus de développement. De plus, adopter un état d'esprit minimaliste encourage les développeurs à se concentrer sur les fonctionnalités essentielles, à donner la priorité à la qualité du code plutôt qu'à la quantité et, en fin de compte, à créer des logiciels plus résilients, plus faciles à sécuriser, à maintenir et à s'adapter à l'évolution des exigences de sécurité.

Résumé : Renforcer la résilience dans le développement de logiciels

Renforcer la résilience dans le développement de logiciels est un processus continu qui incarne des stratégies globales capables de renforcer les systèmes contre les perturbations. Cela exige que les organisations donnent la priorité à l’intégration de la résilience dans leur cycle de vie de développement logiciel, en veillant à ce qu’elle devienne une partie inhérente du processus plutôt qu’une mesure réactive. Cela implique de favoriser une culture d’amélioration continue, dans laquelle les retours d’informations sur les incidents sont utilisés pour affiner les pratiques et améliorer la posture globale de résilience.

De plus, il est essentiel d’investir dans des programmes de formation solides pour les équipes de développement sur les principes de résilience et les meilleures pratiques. La collaboration entre les équipes de développement, d’exploitation et de sécurité est également cruciale pour créer une approche holistique et coordonnée de la résilience. La mise en œuvre de tests automatisés de résilience, tels que l'ingénierie du chaos, peut valider davantage la robustesse du système et identifier les faiblesses potentielles.

Adopter les meilleures pratiques pour la résilience

L’adoption des meilleures pratiques en matière de résilience est essentielle pour naviguer dans les complexités du développement logiciel moderne. Les organisations doivent donner la priorité à la mise en œuvre de redondances, de mécanismes de basculement et de dégradation progressive pour garantir la continuité des fonctionnalités même dans des conditions défavorables. L’utilisation d’une architecture de microservices et de la conteneurisation peut améliorer la flexibilité et l’isolation, contribuant ainsi à la résilience globale du système. La réalisation régulière d'évaluations des risques et d'exercices basés sur des scénarios permet aux équipes d'identifier les vulnérabilités de manière proactive et de concevoir des stratégies de réponse et de rétablissement rapides.

Efforcez-vous également d’intégrer les considérations de sécurité et de résilience dans la phase de conception du développement logiciel, car cela contribue grandement à souligner l’importance des normes de codage sécurisées et de la modélisation des menaces. L’intégration de ces bonnes pratiques aidera les organisations à bâtir une base résiliente qui non seulement résistera aux perturbations, mais évoluera également pour relever les défis d’un paysage de menaces en constante évolution.

Tendances futures en ingénierie de la résilience

L'ingénierie de la résilience est un domaine relativement nouveau qui évolue rapidement pour répondre à la complexité et à l'interconnectivité croissantes des systèmes modernes. À mesure que le monde devient de plus en plus interconnecté et dépendant de la technologie, le besoin de systèmes résilients devient plus critique. Plusieurs tendances clés façonnent l’avenir de l’ingénierie de la résilience :

1. La montée de la résilience systémique

Auparavant, l’ingénierie de résilience traditionnelle se concentrait sur des composants individuels, mais cela n’est plus suffisant dans les systèmes complexes d’aujourd’hui. Au lieu de cela, l’accent est de plus en plus mis sur la résilience systémique, où il existe des interactions transparentes entre les différentes composantes et la capacité du système global à s’adapter et à se remettre des perturbations. Cette approche reconnaît que les perturbations peuvent se propager à travers un système et que la résilience nécessite une compréhension globale de la façon dont les différents composants et processus sont interconnectés.

2. Adopter les facteurs humains

Les humains jouent un rôle central dans la résilience de tout système. Cependant, l’erreur humaine est souvent un facteur majeur d’échec. L'ingénierie de la résilience intègre de plus en plus les principes des facteurs humains pour concevoir des systèmes moins sujets aux erreurs humaines et qui soutiennent les actions humaines en cas de perturbations. Cela implique de comprendre comment les gens prennent des décisions, comment ils réagissent au stress et comment ils collaborent pour surmonter les défis.

3. Résilience basée sur les données de l'IA

La disponibilité croissante de l’analyse des données par l’IA offre de nouvelles opportunités pour l’ingénierie de la résilience. Ce type de données peut être utilisé pour surveiller l’état du système, identifier les vulnérabilités potentielles et prédire l’impact des perturbations. Cette approche basée sur les données de l'IA peut aider les organisations à prendre des décisions éclairées concernant l'atténuation des risques, l'allocation des ressources et les stratégies de réponse.

4. Résilience organisationnelle

L’ingénierie de la résilience va au-delà des systèmes individuels pour se concentrer sur la résilience des organisations dans leur ensemble. Cela implique de développer une culture de résilience, de favoriser la collaboration entre les différents départements et de se préparer aux impacts à long terme des perturbations.

En conclusion, favoriser la résilience des logiciels est impératif dans le paysage numérique dynamique d’aujourd’hui. La complexité croissante des systèmes logiciels et la prévalence des cybermenaces exigent une approche proactive de la part des ingénieurs logiciels. L'automatisation, l'adoption de principes tels que le minimalisme logiciel et l'adoption de pratiques de résilience organisationnelle sont essentielles à la création de logiciels robustes et fiables. Parasoft propose de précieuses solutions de tests automatisés pour aider les ingénieurs logiciels et les organisations à atteindre la résilience logicielle. Ces solutions de tests logiciels automatisés sont conçus pour minimiser les erreurs humaines, adhérer aux normes de codage sécurisées et aider les équipes à renforcer les systèmes contre les perturbations du paysage technologique en évolution rapide.

Comment sélectionner et mettre en œuvre la bonne norme de codage sécurisé

Article connexe + ressources